Le rough ou croquis exploratoires d’un projet : une étape essentielle de tout projet.

Sep 2015 / Actualités

Tout projet chez Labelpages commence par une étape de crayonnés. Des croquis en couleurs faisant apparaître les premières esquisses de votre projet. Cette étape est confiée à Frédéric Dedeycker.

 

Humivaprojet1

 

Pourquoi ce « rough » est-il important ?

« Car il permet de jeter rapidement des idées sur papier sans être bridé par un ordinateur. C’est de la pure création qui ouvre les pistes. Une étape essentielle avant la mise au net et l’élaboration d’une maquette informatique. Elle trace les grandes lignes du projet et reste malléable, déclinable selon l’échange avec le client. Un crayonné permet de rebondir plus rapidement. Ces croquis ont aussi un côté spontané apprécié par le client et nombreux sont ceux qui demandent à conserver cet aspect au final. Enfin, cela sert au photographe, à l’illustrateur ou au maquettiste, une sorte de story-board qui rend les choses plus faciles dans la suite du projet. »

 

Creaconstruct (1)

 

Mais, Fred, comment procèdes-tu ?

« En général, je propose 2 à 3 pistes radicalement différentes en style, couleur, choix de typographie. C’est finalement le client qui validera l’un ou l’autre projet. Il arrive aussi qu’il souhaite associer deux idées voir approfondir ou revoir certaines pistes. C’est là que se situe l’intérêt du rough. Il permet de corriger le tir assez vite. »

 

PEB (3)

 

Qu’apporte l’utilisation des couleurs dans ton travail ?

«  C’est d’abord purement esthétique. Les couleurs séduisent davantage qu’un simple crayonné. Tout dépend aussi de la réceptivité du client à la lecture d’un rough. Certains, c’est rare, ont du mal à imaginer le visuel fini sur base d’un dessin. Dans ce cas, je « lèche » un maximum le rough pour le rendre plus fidèle à la réalité. Par contre avec la majorité des clients, je travaille couramment en crayonné trait. Là on est plus en « mode pratique » afin par exemple, de faire valider l’angle d’une prise de vue à réaliser, etc. L’ajout de couleurs permet aussi de faire valider des combinaisons couleurs, pour un logo par exemple. Cela permet de gagner du temps dans la phase de production. Le metteur au net ne sera plus amené à devoir proposer plusieurs combinaisons de couleurs lors de la vectorisation de ce logo. »

 

CPH_rapport1